Vraisemblable et invraisemblable selon l'archéologie dans le De diversis artibus : quelques exemples

Elisabetta Neri

Risultato della ricerca: Contributo in rivistaArticolo in rivista

Abstract

[Fr:]Comparer les recettes contenues dans le De diversis artibus avec les vestiges archéologiques des installations de production du Moyen Age ou avec les objets est une voie déjà parcourue dans le passé pour différents domaines du savoir. Les études se limitent essentiellement à reconnaître les caractéristiques techniques qui pourraient permettre l'identification de l'auteur et, dans certains cas, à tester la faisabilité ou non d'une recette. Un plus large éventail d'informations peut être tiré si on compare en façon analytique le fonctionnement décrit et les restes archéologiques. Ainsi c’est possible tester le niveau de technologie et reconnaître les recettes vues-faire et celles reconstruites à partir des objets finis. A partir des informations contenues dans le texte et de la distribution chronologique et géographique des installations et des objets qui sont énoncées dans le De diversis artibus c’est possible formuler des considérations sur les origines culturelles et sur la chronologie de l’utilisation des recettes. Pour illustrer la fiabilité de cette méthode seront présentés deux exemples. Le premier concerne le cycle de production des cloches. La chaîne opératoire décrite dans le chapitre LXXXV du IIIème livre a été reconnue dans nombreuses installations de production fouillées dans les églises européennes. La recette semble utilisée à partir du VIIIe siècle et probablement elle a une origine classique-byzantine : elle est attestée surtout dans la zone subalpine et dans la Méditerranée. En plus cette recette est bien différenciée d’une autre, qui est codifiée par Biringuccio (XV siècle), mais qui est reconnue archéologiquement à partir de IX siècle surtout dans le nord Europe. Le deuxième exemple concerne plusieurs chapitres du IIème livre (celles sur les fenêtres ne sont pas examinée parce qu’il y a déjà des nombreuses études sur ce domaine). En ce qui intéresse les fours pour produire le verre, la comparaison avec les données archéologiques peuvent être moins précis que dans le cas des fours à cloches. Les installations de production reconnues archéologiquement sont peu nombreuses et pas bien fouillées. Toutefois, comme déjà souligné dans le passé, les types de fours illustrés dans le traité sont probablement de tradition nordique, et bien distingués par une autre type diffusée dans le Méditerranée. Les données pourraient être confirmées par le type de fondant, cité par Théophile (les cendres de hêtre). Les analyses archéométriques ont, en effet, montré que ce type de fondant est utilisé à partir du VIIIe siècle dans des contextes anglo-saxonnes et à partir du IX siècle dans celles des Francs. Il reste une hypothèse en cours de vérification que les types de fours décrits dans le traité sont déjà connues dans la Rhénanie à l'époque de l’Antiquité Tardive. Dès de l'Antiquité Tardive on pratique aussi le recyclage des tesselles de la mosaïque pour produire des carreaux de verre de colorés, comme indiqué au Chap. 12 du IIème livre. Nombreuses installations de production construites avec ce but et identifiées archéologiquement, les analyses archéométriques sur le verre, les bijoux, les émaux confirment cette utilisation. Dans le IIème livre il y a quelques recettes attribuées aux Grecs (à savoir les Byzantins) (ch. 13-16) probablement tirées de l’observation de produits finis que l'auteur observe. Ces recettes ne sont pas fiables. Celle de la mosaïque à feuille d’or semble partiellement dépendante de le Compositiones ad tingenda musiva. Celles des globets à feuille d'or et celle des pots émaillés sont impraticables et référent des procédures technologiquement impossibles à réaliser. Ces chapitres sont très importants car elles montrent que les produits décrits ne sont pas des produits habituels dans la culture de Théop
Titolo tradotto del contributo[Autom. eng. transl.] Likely and implausible according to archeology in the De diversis artibus: some examples
Lingua originaleFrench
pagine (da-a)196-222
Numero di pagine27
RivistaMISCELLANEA MEDIAEVALIA
Volume37
Stato di pubblicazionePubblicato - 2013

Keywords

  • Archéologie
  • De diversis artibus
  • Production alliages cuivreux
  • Production du verre
  • Techniques
  • Xe-XIIe siècle

Fingerprint

Entra nei temi di ricerca di 'Vraisemblable et invraisemblable selon l'archéologie dans le De diversis artibus : quelques exemples'. Insieme formano una fingerprint unica.

Cita questo