La fête sous les ailes de l’aigle. Les célébrations politiques napoléoniennes dans la République italienne et le Royaume d’Italie entre centralisation et élans d’autonomie (1802-1814)

Risultato della ricerca: Contributo in libroContributo a convegno

Abstract

[Fr:]Lieu privilégié pour la création du consensus politique, la célébration publique fut un des moyens que plus remarquablement furent employés par Napoléon dans les départements italiens afin d’alimenter l’adhésion des administrés envers sa personne et son propre pouvoir. Au lendemain de l’issue favorable de la deuxième campagne d’Italie, Napoléon se prodigua de diffuser dans les territoires de la république Cisalpine reconstituée - bientôt rebaptisée Italienne en occasion de la Consulte de Lyon - le model festif parisien, finalisé à solenniser les succès de ses entreprises militaires, les signatures des traité de paix et les dates fondatrices du nouveau régime. Pourtant, après la parenthèse politique révolutionnaire du Triennio giacobino (1796-1799), la ville de Milan et les territoires annexés furent nouvellement intéressés par l’introduction d’un complexe système de célébrations publiques exportés par la France ; trait qui aurait caractérisé les départements italiens jusqu’au moment de la Restauration autrichienne du 1814. Cependant, malgré les efforts intensifs accomplis par le Premier Consul, les représentants de la République Italienne (1802-1805) cherchaient de développer, dans les bornes posés par la politique de centralisation encouragée par le Président Bonaparte, une dimension festive autonome, pas dénuée d’élans visant à acquérir par les départements une majeure indépendance de la France république mère et aptes à enraciner et à véhiculer aux citoyens des valeurs de caractère national. Pareillement, bien que profondément inséré dans la politique impériale, même le Royaume d’Italie administré par Eugène de Beauharnais (1805-1814) se caractérisa par le développement de particularités spécifiques dans la fête, finalisé à répondre au modèle de célébration provenant de Paris. Outre à offrir, à travers une approche de caractère comparatiste, une confrontation directe entre le modèle festif parisien et ceux établis dans la République Italienne et dans le Royaume d’Italie, et outre à conduire une exhaustive analyse de caractère prosopographique des célébrations instituées pendant la période consulaire et impériale dans les deux entités politiques de la péninsule, qui ne manquera aussi de tenir bien compte des aspects de caractère littéraire, artistique et culturel liés au moment festif, l’intervention se propose également de faire venir à la surface les éléments indiquant la recherche d’un chemin autonome de la fête publique dans les domaines italiens, index du tentative - dans certaines cas pas caché - de découper une majeure espace d’action et d’autonomie respect au centralisme napoléonien.
Titolo tradotto del contributo[Autom. eng. transl.] The party under the eagle's wings. Napoleonic political celebrations in the Italian Republic and the Kingdom of Italy between centralization and impulses of autonomy (1802-1814)
Lingua originaleFrench
Titolo della pubblicazione ospiteCentralisation et fédéralisme. Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone
Pagine61-69
Numero di pagine9
Stato di pubblicazionePubblicato - 2017
EventoCentralisation et fédéralisme. Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone - Rouen
Durata: 28 gen 201629 gen 2016

Convegno

ConvegnoCentralisation et fédéralisme. Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone
CittàRouen
Periodo28/1/1629/1/16

Keywords

  • Feste politche
  • Fêtes politiques
  • Napoleone Bonaparte
  • Napoléon Bonaparte
  • Sacralisation du pouvoir
  • Sacralizzazione del potere

Fingerprint

Entra nei temi di ricerca di 'La fête sous les ailes de l’aigle. Les célébrations politiques napoléoniennes dans la République italienne et le Royaume d’Italie entre centralisation et élans d’autonomie (1802-1814)'. Insieme formano una fingerprint unica.

Cita questo