La Cantatrice chauve : théâtre, anti- théâtre ou spectacle du monde

Federica Locatelli

Risultato della ricerca: Contributo in rivistaArticolo in rivistapeer review

Abstract

[Fr:]C’est avec très peu de soutien que Nicolas Bataille met en scène en mai 1950, La Cantatrice chauve, première pièce d’un écrivain qui ne se voulait pas dramaturge : Eugène Ionesco. Si l’oeuvre rencontre d’abord peu d’écho – par la suite elle détiendra le record absolu de longévité à Paris, paraissant en continu à l’affiche du théâtre de la Huchette depuis 1957 –, elle a assisté à ses propres répercussions sur la scène internationale. La pièce de Ionesco a en effet posé les fondements de la dramaturgie moderne, où le tragique coïncide avec le comique et même, réside désormais en lui : « le comique étant l’intuition de l’absurde », écrit l’auteur, « il me semble plus désespérant que le tragique. Le comique est tragique, et la tragédie de l’homme dérisoire ». En expliquant son propos, l’artiste montre comment les deux tensions coexistent naturellement et comment il suffit très souvent d’« un léger coup de pouce, [d’] un glissement imperceptible et l’on se retrouve dans le tragique ».En analysant certains passages de la Cantatrice chauve, nous nous proposons de réfléchir ici sur la nouvelle valeur offerte au "tragique" et au "comique" dans la drmaturgie de Ionesco.
Lingua originaleEnglish
pagine (da-a)1-13
Numero di pagine13
RivistaNOUVELLE FRIBOURG
VolumeI
Stato di pubblicazionePubblicato - 2016

Keywords

  • Cantatrice chauve
  • Ionesco
  • drmaturgie
  • théâtre

Fingerprint Entra nei temi di ricerca di 'La Cantatrice chauve : théâtre, anti- théâtre ou spectacle du monde'. Insieme formano una fingerprint unica.

Cita questo