Il quarto regno. L’Islam per Gioacchino da Fiore e nella testualità profetica e apocalittica della Chiesa romana (sec. XIII)

Risultato della ricerca: Contributo in rivistaArticolo in rivistapeer review

Abstract

[Fr:]La vision de la statue de Nabuchodonosor (Daniel 2) a été longtemps interprétée comme une prophétie se rapportant à la succession des quatre grands règnes, c’est-à-dire des empires, de l’histoire du monde. Dans l’Occident antique et médiéval, le quatrième et dernier règne fut identifié à l'Empire romain (ou encore romain-germanique ou romano-byzantin). Mais aux environs des années 1180, l’abbé Joachim de Fiore propose d'identifier le quatrième règne avec celui des Sarrasins. Après 1187, il précisa davantage cette doctrine, en distinguant, au sein du quatrième règne, entre la domination initiale des 'Sarrasins' et celle posterieure comme un "règne nouveau" au cours duquel la menace s’était désormais faite imminente à la suite de la prise de Jérusalem par les « Turcs ». Joachim fut le premier à attribuer une dimension négative inédite à l’Islam, qui se trouvait ainsi élevé de manière polémique au rang d’une superpuissance mondiale et d’ennemi des derniers temps. Dans son sillage, le pape Innocent III désignait Mahomet comme le « Fils de perdition » (un terme technique, emprunté à 2 Thess 2, 3, pour désigner l’Antéchrist des derniers temps). Dans les décennies qui ont suivi, le cliché polémique fut diversement repris et réutilisé dans le contexte de l’Église de Rome.
Titolo tradotto del contributo[Autom. eng. transl.] The fourth kingdom. Islam for Joachim of Fiore and in the prophetic and apocalyptic textuality of the Roman Church (13th century)
Lingua originaleItalian
pagine (da-a)517-537
Numero di pagine21
RivistaREVUE DES SCIENCES RELIGIEUSES
Volume90
Stato di pubblicazionePubblicato - 2016

Keywords

  • Apocalyptic
  • Islam
  • Joachim of Fiore
  • Pope Innocent III.

Fingerprint Entra nei temi di ricerca di 'Il quarto regno. L’Islam per Gioacchino da Fiore e nella testualità profetica e apocalittica della Chiesa romana (sec. XIII)'. Insieme formano una fingerprint unica.

Cita questo